< Retour aux articles

ATTRAPER FROID, MYTHE OU RÉALITÉ ?

14108_MSM_A4_LASSALIEN_BD.pdf - Adobe Acrobat Pro DC

« Habille-toi, tu vas attraper froid !». Qui n’a pas entendu ou dit cette phrase pendant les périodes de froid ? « Attraper froid » ou attraper une maladie ? Mythe ou réalité, c’est ce que nous allons essayer de comprendre.

Les mécanismes thermorégulateurs

La température du corps est régulée principalement par deux systèmes. Le premier vise à limiter les pertes de chaleur : en diminuant la circulation du sang au niveau de la peau, il diminue les échanges entre l’air extérieur froid et le sang à 37°. Le deuxième crée de la chaleur en accélérant la machinerie cellulaire (le métabolisme) et en mobilisant le système musculaire (frissons et mouvements volontaires).

Les conséquences médicales du froid

Il existe bien une surmortalité liée au froid (estimée à 4 %). De nombreuses maladies peuvent en être la cause.
Les pathologies cardio-vasculaires (infarctus et AVC) sont responsables pour plus de la moitié de cette surmortalité.
Les infections respiratoires en sont la deuxième cause. Contrairement à l’évidence le froid n’entraine pas de baisse de l’immunité et ne favorise pas le développement des microbes. D’autres mécanismes expliquent ces infections hivernales :
• Le froid altère les capacités respiratoires (l’asthme peut être déclenché par le froid).
• Le confinement, le manque d’aération pendant les périodes de froid favorisent la contagion des maladies ORL et respiratoires.
• La pollution est augmentée en hiver or elle favorise les maladies respiratoires.
• En Europe, le virus grippal n’arrive pas en hiver parce qu’il fait froid mais parce que c’est une étape de son cycle de circulation mondiale. En Australie, pays chaud, la grippe sévit (elle a tué 300 personnes en 2019).
On peut citer aussi d’autres pathologies : l’hypothermie et les gelures. Il y a aussi les effets indirects : traumatismes dus aux chutes, intoxications au monoxyde de carbone (chauffage mal réglé).

La prévention

Quelques gestes et préconisations simples permettent de limiter les conséquences du froid.
• Éviter les contaminations passe par 4 « gestes barrières » :
– Se laver les mains
– Utiliser des mouchoirs à usage unique
– Se couvrir bouche et nez en cas de toux ou d’éternuements
– Porter un masque quand on est malade
• Aérer, ne pas trop chauffer son logement.
• Se faire vacciner contre la grippe avec un double objectif : se protéger, empêcher la contamination en chaine.
Certains âges et facteurs de risques méritent de prendre des précautions particulières :
• Les jeunes enfants particulièrement sensibles au froid. Les premiers mois ils ne peuvent mettre en jeu volontairement leur système musculaire.
• Les personnes âgées peuvent être fragiles au froid : immobilité forcée, pathologies cardiaques ou respiratoires.
• Les personnes atteintes de pathologies cardiovasculaires et d’insuffisance respiratoire chronique.
Attraper froid est donc bien une réalité même si l’exposition directe au froid n’est pas la seule cause.
Se protéger du froid passe par les « gestes barrières » pour éviter la contamination, l’aération et une température des pièces inférieure à 20°, la vaccination contre la grippe. En période de grand froid, limiter ses sorties et s’habiller chaudement sont recommandés pour les populations fragiles. Mais rien de tout cela n’empêchera d’attraper un rhume.

Docteur Didier Potier
Conseiller médical de la Mutuelle Saint-Martin

< Retour aux articles