100 % santé en optique
la qualité accessible pour tous

par le Docteur Gérard de Bataille, conseiller médical de la MSM

Cela fait un peu plus d’un an que le 100 % santé existe. C’est une offre qui permet d’accéder à des lunettes de vue, des aides auditives et des prothèses dentaires de qualité, prises en charge à 100 % par l’Assurance Maladie et les complémentaires santé. La Mutuelle Saint-Martin a accompagné ses adhérents lors de la mise en place de ce dispositif. Mais, lorsqu’il y a une modification de la réglementation, il y a toujours un temps d’adaptation. De nombreuses questions concrètes, en particulier sur l’optique, ont été posées lors de l’Assemblée générale de la Mutuelle le 19 octobre 2021. Le Docteur Gérard de Bataille, conseiller médical de la Mutuelle, y répond.

Pouvez-vous nous rappeler le fonctionnement du 100 % Santé pour l’optique ? 

Suite au décret n° 2019-21 du 11 janvier 2019 visant à garantir un accès sans reste à charge à certains équipements, les professionnels ont dû s’adapter et ont l’obligation de présenter systématiquement pour l’optique deux équipements. C’est le cas en optique notamment où un assuré doit pouvoir faire un choix parmi deux offres appelées : Panier A (comme Accessible) dont le contenu correspond à une prise en charge à 100 %, sans aucun frais supplémentaire pour l’assuré ; Panier B avec des équipements dont les prix sont libres et qui peut ne pas être pris en charge à 100 %.

Le Panier A offre un large choix parmi au minimum 17 modèles de montures adultes en 2 coloris différents et 10 modèles enfants en 2 coloris différents, ainsi que des verres correcteurs incluant certaines options (amincis, antireflet…) traitant toutes les corrections visuelles. Le Panier B offre davantage de choix de montures et d’options pour les verres. Il est important de noter que ce n’est pas parce qu’un équipement fait partie du Panier A 100 % Santé qu’il est de qualité inférieure. Les assurés ont donc trois possibilités :

  1. Choisir le remboursement à 100 % : verres et monture du Panier A
  2. Choisir le remboursement plafonné (l’Assurance Maladie ne rembourse qu’une partie) avec des prix libres Panier B
  3. Choisir un panachage entre les 2 éléments composant les lunettes (verre ou monture) avec un élément du Panier A et l’autre élément du Panier B

L’opticien consulté doit présenter les devis correspondants ; il peut être intéressant de comparer les devis avec un autre opticien.

Qui peut conseiller la bonne paire de lunettes ?

S’équiper de verres correcteurs est un acte de santé. Il conditionne la qualité de notre quotidien et en général pendant plusieurs années. Refaire une paire de lunettes est l’occasion de faire un bilan chez un médecin ophtalmologiste même s’il s’agit d’un renouvellement.

L’ophtalmologiste va mentionner sur l’ordonnance les particularités ou options nécessaires ce qui permettra leur remboursement (souvent plafonné). Les utilisations particulières ou difficultés rencontrées doivent donc être discutées avec le médecin ophtalmologiste pour qu’il adapte sa prescription. Il y a des métiers où une option est indispensable (antibuée pour un cuisinier, par exemple) et pour lesquels il pourra y avoir une prise en charge adaptée de l’Assurance Maladie. On pourra lui préciser l’usage que l’on fait des lunettes, si on les porte toute la journée ou pour un usage particulier ; si c’est pour l’extérieur ou pour conduire, il est nécessaire par exemple d’avoir un champ visuel plus large. Le champ visuel est fonction de l’épaisseur du verre. Il n’existe pas de correction pour le champ visuel mais plus le verre sera épais, plus celui-ci est réduit. Si c’est pour lire, c’est la vision centrale qui est sollicitée, il est donc facultatif d’avoir des verres très amincis.

Il est fortement conseillé de vérifier ensuite si la personne qui vous reçoit et vous accompagne dans le choix est titulaire d’un diplôme d’opticien lunetier. En effet, vous pouvez être reçu par un interlocuteur commercial qui ne sera pas à même de vous conseiller comme il se doit. Il est donc important de vérifier par la présence d’un badge sur son vêtement, par exemple, que la personne qui vous conseille a les compétences requises.

Des mesures sont prises à chaque étape à savoir auprès du médecin ophtalmologiste, ensuite chez l’opticien et enfin par le fabricant. à chacune de ces étapes, des erreurs sont possibles. Il est donc indispensable de faire un examen de vue chez un ophtalmologiste, de choisir le bon opticien ou d’en consulter plusieurs en cas de doute et de prendre un temps de réflexion avant de prendre une décision dans ce domaine très concurrentiel.

Comment choisir le bon équipement ?

Il est préférable de commencer par le choix des verres correcteurs avant celui des montures. En effet, le choix de la monture peut avoir une incidence sur celui des verres (cela évite de monter en gamme dans les verres sans nécessité).

En cas de renouvellement, si votre monture convient, autant la conserver si elle est compatible avec les nouveaux verres.

Concernant les verres, l’opticien suivra la prescription du médecin ophtalmologiste. Les options doivent figurer de manière détaillée sur les devis de l’opticien ; il est donc possible de comparer les prix appliqués pour chacune d’elle. Les options non prescrites seront probablement à votre charge.

à la remise de votre équipement il est essentiel de l’essayer (lecture, ordinateur, etc.) ; l’opticien doit également remettre la « carte de vue » qui certifie la qualité et l’authenticité des verres ainsi que ses données optiques. Cela permet de faire refaire un verre rapidement en cas de casse.

Comment s'y retrouver dans les options proposées par l'opticien ?

La différence entre le Panier A et Panier B se porte essentiellement sur les options. Les options n’ont aucun impact sur la qualité du verre et la correction mais améliorent le 'confort' et la 'souplesse' d’utilisation des verres. Il convient de réfléchir à leur utilité en fonction de leur coût. Souvent, l’antireflet, l’anti rayure et l’amincissement léger sont pris en charge à 100 % dans le Panier A Mais tout ce qui est photochromique, hydrophobe ou polarisant avec amincissement plus fort ne sont pas dans le Panier A. Il peut exister jusqu’à 15 couches de traitement en option, est-ce vraiment utile ? De quoi ai-je vraiment besoin chaque jour ?
Sont proposées les options suivantes :
  • verre très aminci : améliore la qualité sur le bord des verres
    (les verres amincis sont inclus dans le Panier A)
  • verre antireflet : amélioration du contraste dans certaines conditions
    Il existe différents niveaux, cela côute entre 30 et 50 € par verre
  • verre antisalissure : environ 90 € par verre
  • verre antibuée : en moyenne 30 € par verre
  • verre polarisant : diminution de certains reflets plus éblouissants
  •  verre photochromique : modification variable selon l’intensité lumineuse avec des sensibilités très variables : 70 € par verre en moyenne
  • verre teinté et teintes plus ou moins dégradées
  • verres anti lumière bleue ou anti UV
  • verre anti rayure, application d’un vernis supplémentaire : environ 40 € par verre
  • verre hydrophobe...

Il est souvent proposé des options dites de 'dernière génération' plus techniques et plus onéreuses mais est-ce vraiment indispensable de demander la dernière option lorsqu’on passe à 99 % d’antireflet alors que la génération précédente était déjà de 96 %. Il faut toujours se poser les questions suivantes : est-ce utile, nécessaire, indispensable? En a-t-on vraiment besoin ?

A noter
Les options sont remboursées lorsqu’elles sont prescrites par l’ophtalmologiste pour des raisons médicales. Souvent le remboursement est plafonné mais cela dépend des tarifs de l’opticien lunetier.
Si vous avez payé un reste à charge sur une option prescrite par votre ophtalmologiste, contactez la Mutuelle Saint-Martin Action Sociale qui pourrait le prendre en charge :
medical@unionsaintmartin.fr - 01 42 22 91 23

Est-ce que les verres 100 % santé sont de bonne qualité ?

Qu’ils soient du Panier A ou du Panier B, les verres correspondent aux mêmes normes européennes, leurs spécificités techniques générales sont identiques et ce quel que soit le type de correction. Il n’y a que quatre types de corrections et donc quatre types de verres correcteurs. Les corrections correspondent à la prescription du médecin ophtalmologiste.

Il y a trois « familles » de verres :

  1. Les verres unifocaux, destinés à une seule correction : myopie, astigmatisme, presbytie, hypermétropie
    Ce sont les plus utilisés pour la lecture simple. Cette catégorie se divise en deux sous-catégories :
    • Les verres conventionnels sphériques : les plus courants pour de faibles corrections et les moins onéreux,
    • Les verres asphériques (plus plats et plus minces) : le champ de vision est élargi avec une diminution des déformations périphériques (ils sont plus confortables pour les fortes corrections et lorsqu’il y a une différence importante entre les deux yeux).
  2. Les verres progressifs, utilisés lorsqu’il y a plusieurs corrections sur un même verre. Celui-ci est très technique, ce qui favorise plus de risque d’erreurs tant à la prise de mesures qu’à leur fabrication ainsi qu’à leur adaptation à la monture. Ils sont aussi plus sensibles aux changements de position. Des chutes peuvent être liées à un mauvais ajustement des verres progressifs. Ces verres peuvent modifier la perception de la hauteur. La partie inférieure est en général dédiée à la lecture et ce sont les zones de transition qui peuvent occasionner des difficultés d’adaptation. Si les corrections sont trop importantes, on peut aussi faire le choix de deux paires de lunettes avec des verres unifocaux différents pour chaque paire.
  3. Les verres intermédiaires (ou mi-distance) : correction légère ou moyenne qui vont de la lecture à 1 mètre à 1 mètre 50. Moins fréquents et moins techniques, ils sont moins complexes à fabriquer et les mesures sont aussi moins complexes à prendre.

Le choix doit toujours prendre en compte les besoins réels et quotidiens de chacun : lecture, activité professionnelle, conduite automobile, etc.

Peut-on garder son ancienne monture si elle est encore en bon état ?

Il est possible de garder l’ancienne monture si elle est compatible avec les verres correcteurs. Si on choisit une nouvelle monture, le choix devra se faire en fonction de l’utilisation :
- port ponctuel, port permanent, extérieur, intérieur, environnement professionnel…
- praticité, confort, robustesse, esthétique…
Il est possible de choisir une monture dans le Panier A même si on a choisi des verres avec options du Panier B et inversement.

Peut-on faire confiance à la qualité des équipements 100 % santé ?

Choisir un équipement dans le Panier A peut donner l’impression d’avoir un produit bas de gamme mais il n’en est rien car la correction et la qualité des verres sont les mêmes. Les yeux ne seront pas « abîmés » si le verre n’offre pas une option ou une autre. Certaines options apportent du confort mais il peut y avoir des difficultés d’adaptation sur des produits plus techniques et ils sont toujours plus chers.

On rappellera également que toutes les options ne sont pas bonnes à prendre selon notre style de vie et signaler, par exemple, qu’un verre très aminci est beaucoup plus fragile et qu’une protection anti-écran n’est utile que si on passe beaucoup de temps sur un ordinateur.

Il faut comparer les prix, d’où l’intérêt de consulter plusieurs opticiens et de se faire expliquer les différences de prix entre les différents devis et options (par exemple, le pourcentage d’antireflet…).

 

 

Sur le même thème

01.10.2020

Les lentilles de cosmétiques sont posées sur les yeux dans...

01.08.2020

« La qualité sans reste à charge », c’est la...

01.08.2020

Carte Blanche met à votre disposition des réseaux d’opticiens, d’audioprothésistes...

Lire aussi

Prendre soin de ses oreilles20.04.2022
Eviter les formes sévères de Covid...12.01.2022
Appareils auditifs : renseignez-vous sur la...04.11.2021
Respect des consignes sanitaires… même en...28.06.2021

Nos contrats

Auto-entrepreneurs et TNS
En savoir plus
Diocèses et instituts
En savoir plus
Entreprises et associations
En savoir plus
Particuliers, retraités et familles
En savoir plus

Nos avantages et services

découvrir les avantages et services
Découvrir les contrats MSM Demande de devis d’adhésion Nous contacter Téléconsultation