< Retour aux articles

Petite enfance et petits écrans

Docteur Didier Potier, Conseiller médical de la Mutuelle Saint-Martin
GettyImages-1049281574_small

Qui, face à un enfant perdant patience, ou devant la nécessité d’avoir quelques minutes de tranquillité, n’a pas allumé un écran (smartphone, tablette, télé…) pour obtenir « la paix ». Geste anodin, sans conséquence ? Depuis quelques années les professionnels de santé s’alarment et une étude française récente enfonce le clou. L’objectif de cet article est de faire le point en se limitant aux enfants de moins de 6 ans, période d’apprentissage intense.

Le contexte

La multiplication des écrans est une réalité. En 2018, en France, 93% des foyers sont équipés d’un téléviseur, 86% d’un ordinateur, 48% d’une tablette (et même les 2/3 des foyers avec enfants). 75% des personnes de plus de 11 ans ont un portable*.
Il n’existe pas de de chiffres récents et fiables de la consommation d’écran par les 0-5 ans en France. Les derniers chiffres remontent à 2013. Cette année-là, près de 90% des enfants de 2 ans regardent la télévision et y passent en moyenne 1 heure par jour. Aux USA , en 2017, les enfants d’âge inférieur à 2 ans passaient 42 minutes/jour devant un écran et ceux de 2 à 4 ans 2h39*.
Les différentes études montrent que le temps d’écran des enfants est proportionnel au temps d’écran des parents et inversement proportionnel au niveau socio-économique de ceux-ci*.
C’est dans les premières années de vie que se font les grands apprentissages (langage, sociabilisation…) et lorsque ceux-ci ne sont pas réalisés correctement le retard est difficilement rattrapable.

Les données

La littérature scientifique internationale est riche de nombreuses études sur les relations entre le temps d’écran et les troubles du développement des enfants. Ces derniers portent sur les troubles des apprentissages (langage, mémoire…), les risques psycho-sociaux (sociabilisation, attention…) et ceux sur la santé physique (poids, sommeil…)*. Pour chacun de ces thèmes il est montré de fortes corrélations avec le temps d’écran. C’est aussi ce que confirme une récente étude française*. Celle-ci montre que l’existence de troubles du langage est principalement associée à l’exposition aux écrans le matin, avant l’école. Le deuxième critère associé est la solitude de l’enfant devant l’écran, le partage avec un adulte atténuant les effets négatifs.

Ces résultats alarmants doivent être nuancés. En effet, s’il existe une corrélation entre deux faits, cela ne veut pas dire qu’il existe une relation de causalité entre eux. Ainsi, une étude a montré que la pratique du jogging à 60 ans était corrélée à une meilleure santé 10 ans après. La cause de ce bénéfice n’est pas la pratique du jogging mais le fait que si on court encore à 60 ans c’est qu’on est en meilleure forme que la population générale.

Au nom du principe de précaution et bien qu’il soit difficile de certifier la relation de cause à effet entre temps d’écran et troubles du développement de l’enfant, de nombreuses recommandations ont été émises par la communauté scientifique internationale. En France, une synthèse de celles-ci a été réalisée sous la dénomination des « 4 pas »* :
• pas d’écrans le matin
• pas d’écrans durant les repas
• pas d’écrans avant de s’endormir
• pas d’écrans dans la chambre de l’enfant

A ces recommandations, il est possible d’ajouter 2 conseils aux parents :
• être si possible avec l’enfant lorsqu’il regarde un écran et discuter avec lui de son contenu,
• montrer l’exemple et diminuer son temps d’écran. Comme il a été dit le temps d’écran d’un enfant se calque sur celui de ses parents.

Docteur Didier Potier
Conseiller médical de la Mutuelle Saint-Martin

POUR ALLER PLUS LOIN

• Sur l’équipement et les temps de consommations d’écrans
En France : les données du CSA et « Enfants et écrans de 0 à 2 ans », Berthomier et Octobre : www.csa.fr
Aux USA : « The common sense census : media use by kids age zero to eight 2017 » : www.commonsensemedia.org

• Sur les études scientifiques
« Le temps d’écran et les jeunes enfants : promouvoir la santé et le développement dans un monde numérique », Société Canadienne de Pédiatrie : www.academic.oup.com
« L’exposition aux écrans chez les jeunes enfants… », Collet, BEH du 14 janvier 2020 : www.santepubliquefrance.fr
Le site du Collectif Surexposition aux Écrans : www.surexpositionecrans.org

• Sur les recommandations
Le site de Sabine Duflo à l’origine des « 4 pas » : www.sabineduflo.fr

• Sur la différence entre corrélation et causalité
« Causalité et corrélation », site du CNDP : www.cndp.fr

< Retour aux articles